Les bloqueurs de pub ou logiciels anti-pub ne font pas plaisir à tout le monde. Les publicitaires et les sites vivant exclusivement de la publicité cherchent par tout les moyens de limiter leur impact. Une nouvelle étape de la guéguerre que se font les utilisateurs et les publicitaires.

On attend la réponse des bloqueurs de pubs mais voici plusieurs manières de voir les sites récalcitrants facilement sans avoir à totalement désactiver votre adblock.

Quoi de plus gagnant qu’une pub intrusive ? Quel ‘on vous force à la voir, la subir et à l’écouter. C’est ce qui arrive maintenant aux utilisateurs de bloqueurs de pubs de plus en plus nombreux.

Comment fonctionne le bloqueur de pub ?

Que vous utilisez Adblock, AdblockPlus ou encore BlueHell Firewall ils ne sont pas discrets. Pour comprendre pourquoi, il faut comprendre leur fonctionnement.

Toutes ces extensions ont en mémoire des bouts de codes à rechercher dans les pages que vous visitez via votre navigateur. Celui-ci ne fait que lire et appliquer les ordres d’un code appelé le HTML. Si on lui demande d’afficher une image il va demander au site de lui envoyer pour pouvoir l’afficher sur la page que vous consultez.

C’est ici que tout se joue. Dans le code HTML de la page que vous visitez se trouve un code qui force le navigateur à aller cherchez la publicité sur le site web pour l’afficher. Le logiciel ante-pub  remarque que ce code d’appel se trouve dans la page et ordonne au navigateur de ne pas l’exécuter. Cela explique pourquoi vous ne voyez pas la publicité.

La riposte des publicitaires

Mais il y a un hic. Le site s’attendait à ce que vous alliez rechercher cette publicité. Il remarque donc que vous avez un bloqueur de pub. Lorsque ces extensions étaient faiblement utilisées cela ne posait pas beaucoup de problèmes. Mais maintenant certains sites voient leurs revenus publicitaires baisser sensiblement. La réponse n’est pas unanime.

1. Attaque des bloqueurs en justice

Certains engagent des avocats pour chercher à tuer dans l’œuf ce qu’ils jugent être une atteinte à leur contenu. Le mouvement s’organise et une première plainte pourrait être déposée en Allemagne.

2. Via le Freemium

D’autres revoient leur modèle économique en misant sur le Freemium. Du contenu gratuit est proposé en quantité (et pas nécessairement en qualité) et un abonnement payant pour des contenus plus pointus et recherchés.

3. Blocage des bloqueurs

Dernière réaction connue à ce jour le blocage des visiteurs utilisant un logiciel anti-pub. C’est ce qui vous a amené sur cet article. S’il est techniquement possible de les repérer, pourquoi ne pas se priver de les bloquer à leur tour ? Pas de raison pour eux que vous ne subissiez pas aussi un peu (beaucoup) de leurs publicités ?

Que faire contre les bloqueurs de bloqueurs ?

Pour l’instant il n’y a rien à faire contre les sites nous obligeant à voir leurs publicités. Nous ne sommes que les utilisateurs de technologies créées par d’autres. Du coup, nous n’avons pas la main mise sur les futurs développements de l’affaire.

1. Allez voir ailleurs

Allons nous devoir abandonner les bloqueurs de pubs ? Non, ou pas pour l’instant. Le nombre de sites obligeant à afficher leurs publicités est pour l’instant minime. Il est facile de les contourner.

L’abondance des sites sur internet fait qu’il n’est pas compliqué de trouver du contenu similaire. Si vous arrivez sur ce genre de site via Google, n’oubliez pas qu’il y a 9 autres résultats sur la première page de recherche et beaucoup d’autre dans les pages suivantes.

2. Ajoutez le à votre liste blanche

Vous pouvez aussi apprécier le site en question (si, si, cela arrive). Dans ce cas, il y a moyen d’ajouter son adresse à votre liste blanche. De cette manière, les publicités seront affichées par exception sur ce site et celui-ci ne vous bloquera (normalement) pas.

Tous les bloqueurs de pub ne le permettent pas par contre d’ajouter des sites en liste blanche. BlueHell Firewall en est un exemple.

3. Payez le généreusement

Après deux solutions pacifiques, en voici une plus agressive et a utiliser avec parcimonie. Elle n’est valable que pour les petits ou moyens sites. Ne faites pas cela sur le site d’un grand quotidien car elle n’aura pas d’impact à part remplir leur portefeuille.

La plupart des publicités sont payées aux clics. C’est le cas des adsense de Google, utilisés par beaucoup de sites web. Certains ont même créé des sites « Made for Adsense » (fait pour Adsense) créé spécifiquement pour gagner le plus de clics et donc d’argent. Ils n’apportent souvent rien de plus que d’autres mais ont tout intérêt à vous forcer à voir leurs publicités.

Ma méthode ? Cliquez sur le plus de liens publicitaires. Il faut bien sur avoir suffisamment de temps pour l’appliquer mais elle peut avoir des conséquences pour le site. Il risque de se faire virer par l’agence publicitaire qui va croire que le webmaster génère lui-même des clics pour se faire payer.

Ce n’est pas une idée dans le vide. Il y a une condition suspensive dans la plupart des contrats que les sites passent avec les réseaux de publicités. Celle-ci interdit formellement toute manipulation des clics sur les publicités. Cela comprend les clics de l’éditeur du site mais aussi les appels aux clics pas l’éditeur à l’adresse des visiteurs.

Agir de la sorte n’est pas très fair-play donc limitez cela aux sites vous forçant à afficher leurs publicités mais n’ayant finalement pas contenu justifiant cela (made for Adsense »).

4. Désactivez temporairement votre bloqueur de pub

Pour une raison ou pour une autre (manque de temps, intérêt pour l’article,…) vous souhaitez quand même accéder à la page bloquée. Chaque logiciel anti-pub de pub offre à sa manière une possibilité de le mettre en pause momentanément.

BlueHell Firewal est le plus simple. L’icône affichée dans la barre d’outil agit comme un bouton ON/OFF. Cliquez dessus et il se désactive. Il vous suffit de recharger la page pour voir se lever le blocage du logiciel anti-pub de pub.

La simplicité cette extension disponible sur Firefox uniquement joue ici en sa faveur. Un clic sur l’icône réactive le blocage des publicités.

Adbock par contre demande plus d’attention. Le fait de cliquer sur l’icône de l’extension ouvre menu contextuel. Il faut alors choisir l’option « désactiver Adblock » dans celui-ci. Pour le réactiver il faut passer par le même chemin.

 5. Utilisez la navigation privée

Désactiver et activer Adblock devient vite lassant. Pour les utilisateurs de Google Chrome il existe pourtant une petite astuce pour ne pas avoir à passer par là.

C’est que ce navigateur fait une différence entre les extensions activées normalement et ceux activés lors de la navigation privée. Rendez vous dans la liste d’extensions de votre Google Chrome (ne fonctionne pas sur Firefox, IE et autres bien sur).

En dessous de Adblock se trouve une case à cocher lié à l’option « Autoriser en mode navigation privé ».

Chome permet de ne pas utiliser Adblock lors de la navigation privée
Lors de la navigation il vous suffira de cliquer avec le bouton droit de la souris un lien vers un site « bloqueur » et de choisir : »ouvrir le lien dans une fenêtre en navigation privée ».

La suite…

… au prochain épisode. Il y aura peut-être à la fin d’une interminable bataille une jurisprudence que tous les pays vont essayer d’appliquer. Que va-t-elle modifier ? Nul ne sait encore. Les éditeurs souhaiteraient bien sûr que les bloqueurs de pub soient purement et simplement interdit.

Au vu d’un précédent cas en Allemagne on peut en douter. En 2004, après 5 ans de bataille juridique avec le groupe RTL, Tivion s’était vu autorisé par la cour suprême allemande de commercialiser son bloqueur de pub TV.

Le droit de l’éditeur se bloque ici au droit du consommateur ou lecteurs. On peut aussi imaginer qu’une situation intermédiaire soit possible. Un certain niveau de pub est acceptable et le reste peut être bloqué. Cela pourrait me convenir mais laissons les avocats et juges faire leur travail dans cette guéguerre entre bloqueurs.