Après deux ans de publications, MAJW arrive aujourd’hui à son 100e article. C’est l’occasion de sortir un peu du thème habituel du blog. Aujourd’hui, zoom sur la création d’un article sur MAJW.

Il est clair que l’article n°1 n’a pas eu tout à fait le même processus que l’article 99 (le 100 est plutôt une exception). C’est un processus qui a évolué en fonction de mon apprentissage du blogging.

Si vous souhaitez trouver des réponses à comment créer son blog allez voire les communautés Blogueur francophones et Parlons Blogs ! sur Google +. Vous risqueriez d’ailleurs de m’y croiser.

Une muse pour chaque article

Comme d’autres je suis un geek de service dans ma boîte (et d’autre dans leur autres boites). Tout ce qui tourne autour de l’IT et du Web m’intéresse. J’ai l’art de trifouiller les applications Web ou pas pour trouver les options que d’autres ne trouvent pas. Quand on me demande si on peut faire ceci ou cela, j’ai souvent la réponse ou alors je mets la question de côté et je m’arrange pour trouver la réponse lors d’un temps libre.

C’est comme cela que MAJW a vu le jour début 2011. Je souhaitais publier une partie de ces trucs et astuces. Le processus est toujours le même. Un article c’est d’abord une question d’un collègue, un ami ou un visiteur. Je fais des recherches, j’y réponds. Si la réponse est assez longue et intéressante pour en faire un article, je l’inclus dans une liste des articles à publier.

Un choix douloureux

En fin de semaine je regarde la liste de questions qui peuvent faire l’objet d’un billet.

La plupart du temps les articles tombent dans les trois types suivants :

  1. Les tutoriels : Comment faire ? J’y explique un processus pas à pas avec l’aide d’image ou de vidéo. Ce fut le cas pour passer de Gmail à Outlook.com ou encore pour activer les sous-titres en Français sur Youtube.
  2. Les listes de produit / outils : Quel outil ou service choisir ? Dans ce cas je me contente de lister les outils disponibles avec leurs avantages ou inconvénients. Ce fut le cas pour les navigateurs pour iPad ou iPhone par exemple.
  3. Les mises en situation : Pourquoi utiliser ces services ? Dans ces articles je mets en évidences des situations ou l’utilisation d’un service ou d’un outil web peut vous être utile. J’ai usé de ce type d’article pour Evernote qui est pas essence le service utile qui ne dévoile pas sont utilisés de prime abord.

Le fait de choisir un article ou un autre dépend parfois du temps que j’ai pour rédiger. Je suis parfois forcé de mettre de côté certains thèmes. Un tutoriel par exemple demande beaucoup de temps.

Plat principal: la rédaction

Pour le blog MAJW, rédaction de l'article making-of

Ce billet en cours de rédaction

Après avoir fait le travail ci-dessus, la rédaction est une partie de plaisir. Au fil du temps chacun des types d’article est devenu un modèle de structure.
Il suffit alors de disposer la réponse à la question originelle. Pour un tutoriel je prépare aussi des captures d’écran avec Skitch ou plus rarement une vidéo que je publie sur Youtube.

Enfin vient la tâche de la relecture. Sur écran, la relecture c’est rude surtout quand vous avez vous-même écrit le texte. Le texte paraît parfait à vos yeux mais est imparfait sur l’écran.

Pour améliorer cela, je me suis équipé du Petit ProLexis de Diagonal. Un correcteur orthographique et grammatical bien plus efficace que ce que nous pouvons trouver sur Word ou autre.

L’article fait le beau

Si je laisse l’article tel quel, tout intéressant qu’il est, il ne va pas intéresser grand monde.
Pour le rendre intéressant je lui donne un titre qui attire l’œil du lecteur et de Google (ainsi que du visiteur dans Google). Se sont les mêmes techniques que les journalistes utilisent pour vendre leurs papiers. Sans en faire de trop je reste souvent près de la question d’origine d’ou les nombreux « Comment ? » dans mes titres.

Enfin pour attirer l’œil le texte ne suffit pas. Il faut une image. J’essaye de trouver une image représentant le thème de l’article. Ma recherche d’image me conduit souvent sur Morgefiles ou Flikr.

Enfin, on publie !

Vient enfin le moment tant attendu. Lundi matin l’article apparaît à tous les lecteurs sur le blog, dans votre flux RSS, sur votre fil Twitter ou dans votre boîte e-mails vers 8 h 50/9 heures.

Ça a paru louche à un de mes collègues. Au boulot c’est aussi l’heure ou je fais la tournée de mes juniors pour leur donner des directives sur le travail du jour. Il me croise à la machine à café interloqué:

T’est sur que MAJW c’est ton blog ? Je viens de recevoir la newsletter ! Tu ne peux pas l’avoir fait toi même !

Et non très cher collègue (et cher lecteur aussi :-)) tout est automatisé !

L’article en lui-même est rédigé et mis en page le Dimanche puis planifié sur WordPress pour le Lundi 9h. Pourquoi cette heure ? C’est l’heure ou tout un chacun lit ses e-mails ou ses flux RSS en Europe.

Enfin, WordPress (via jetpack pour les intimes) se charge ensuite d’envoyer un e-mail a tout les inscrits à la newsletter. Il s’occupe aussi de lâcher un tweet (sagement rédigé dimanche avec l’article) et publie un message sur Facebook.