Vous rencontrez un lien court presque à chaque tweets et de plus ne plus sur Facebook mais d’ou viennent ces adresses réduites ? Qui gère ces réducteurs d’URL ?

D’un service limité à un ou deux opérateurs il y a quelques années on est passé à toute une série de domaines. Ce n’est plus un service mais bien une caractéristique que tout service Web doit offrir a ses utilisateurs. Ce n’est pas moi qui le dis mais l’ancien CEO de bit.ly, un des acteurs « libres » de ce marché.

De Twitter à Google en passant par WordPress tous on créé leur réducteur de liens.

TinyURL (tinyurl.com)

Contrairement à ce que l’on peut croire les réducteurs d’URL n’ont pas été « inventés » avec Twitter et ces satanés 140 caractères. Cela a commencé avec TinyURL en 2002 alors que Twitter date de 2006. Le réducteur d’adresse web n’a vraiment pris son essor qu’avec son utilisation dans Twitter. Son remplacement par bit.ly a fortement réduit sont utilisation.

Bitly (bit.ly)

Autre pure player de ce marché (c.a.d qu’ils ne sont actif que sur ce produit)  Bitly est apparu en 2009 et a aussitôt remplacé TinyURL comme réducteur d’URL de Twitter. Bien qu’ayant une extension libyenne (le.ly) l’entreprise est basée à New York et est d’ailleurs fière de ce « NYC made ».

Tout un chacun peut créer un lien court et suivre le trafic passant par ce lien. Quand vous cliquez sur un lien court son créateur à possibilité de connaître beaucoup de chose de vous. Votre pays, votre langue, le réseau social utilisé,.. etc.

ow.ly vient de la mascote de Hootsuite: Owly

Mascotte de Hootsuite

Hootsuite (ow.ly)

Hootsuite est un tableau de bord de médias sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin,…). Il est principalement utilisé par les entreprises ou par les community managers.

La mascotte de Hootsuite est Owly, un hibou (« Hoot » en anglais), d’ou le choix de l’adresse du réducteur d’url. Hootsuite permet de suivre le trafic et l’utilisation de ces url.

 

YouTube (youtu.be)

Alors que beaucoup de services se sont focalisés sur la Libye YouTube a trouvé son bonheur en Belgique avec un .be.

Ces liens courts sont générés par la fonction de partage de vidéo de YouTube. Sauf erreur il ne peut s’agir que d’une vidéo dernière un lien youtu.be

Twitter (t.co)

Twitter a commencé à utiliser TinyURL comme réducteur d’adresses en 2006/7. Il a ensuite changé son fusil d’épaule en 2009 pour Bit.ly. Enfin en 2010, twitter a lancé son propre réducteur d’URL: t.co. On n’est jamais mieux servi que par soi-même ! Enfin ils sont passés par a Colombie (.co) pour enregistrer le nom de domaine.

Il n’y a pour l’instant pas moyen de connaitre l’utilisation d’un lien court créé via t.co.

Google (goo.gl / g.co)

On est jamais mieux servi que par soi-même mais Google s’est bien servi.

goo.gl est un réducteur d’URL utilisable par tout un chacun et pas uniquement aux habitants du Groenland d’où vient l’extension.gl. Il permet en plus à la personne qui a créé le lien de suivre les clics sur celui-ci.

g.co fournis des liens courts pour les applications de Google et surtout Google+. Ils se génèrent automatiquement lors de l’utilisation de ces applications mais ne donne pas de suivi sur les clics.

Buffer (buff.ly)

Vous les retrouvez de plus en plus sur le fil twitter de MAJW. Buffer

permet de diffuser une liste de tweet tout au long de la journée. C’est automatisé, certes mais cela paraît plus naturel que de bombarder sa timeline de plusieurs publications.

Les utilisateurs de Buffer peuvent ainsi mesurer l’utilisation de leurs liens. Ils savent ainsi combien d’utilisateurs ont cliqué.

 Wordpress (wp.me)

La plateforme de blog WordPress a aussi son réducteur d’URL. Géré par Automattic, la société qui développe wordpress et gère WordPress.com, wp.me est utilisable par tout blog tournant sous WordPress. Vous n’êtes pas tracké ici. wp.me fournis juste un lien court.

Je l’utilise lors de la publication d’un article sur MAJW. Un lien court wp.me est automatiquement créé par la plateforme de blog et inclus dans le tweet.

Feedly (feedly.com)

Un dernier pour la route qui va se faire connaître de plus en plus : Feedly. Avec la fin de Google Reader au 1er juillet beaucoup d’utilisateurs migrent vers Feedly. Tout comme Google Reader, Feedly permet de faire de la veille d’information. Une application de partage dans l’application permet de publier sur Twitter, buffer, Facebook et j’en passe.

Il en existe d’autres moins connu et cette liste méritera certainement une mise à jour de temps en temps. N’hésitez pas a laisser un nouveau lien court repéré dans les commentaires !