Aujourd’hui rien de compliqué, je ressors juste mes petites notes pour vous expliquer comment rafraîchir une page. Car il n’y a rien de plus facile non ? Et bien non. Entre le cache navigateur, IP et serveur il y a de quoi s’arracher les cheveux.

On a souvent l’impression que sur internet tout change instantanément. Si votre navigateur demande une page, vous vous dites qu’il va recevoir la toute dernière version de celle-ci ? Or, rien n’est moins vrai. Plusieurs raisons peuvent conduire à l’affichage d’une page… périmée (si l’on peut dire).

Rafraîchir la page

La première action à mener et certainement celle que tout le monde à en tête est de rafraîchir la page. Pour cela cliquer sur le bouton rafraîchir ou encore appuyer sur la touche F5.
Onglets dans le navigateur Google Chrome
Cela a l’air simple mais il faut parfois tenir compte d’autres paramètres. Lors de l’ouverture des billetteries en ligne, tout le monde attend l’heure fatidique pour appuyer sur F5. Des petits malins (des étudiants qui n’avaient certainement que ça à faire) ont calculé le temps qu’il fallait à la page pour se rafraîchir. En déterminant le temps de rafraîchissement de la page (t) ils ont déterminé le moment exact (H-t) il fallait appuyer sur F5.

Ils ont ainsi été parmi les touts premiers à avoir des tickets pour ce festival.

Vider le cache navigateur

Si en appuyant frénétiquement sur F5 vous remarquez que la page qui s’affiche est toujours la même (et que vous savez que son contenu doit changer bien évidemment), c’est peut-être votre navigateur qui vous joue des tours.

En effet, votre navigateur ne va pas toujours rechercher la dernière page sur le serveur du site web consulté. Il a sa réserve personnelle qu’il conserve quelques heures à quelques jours. Il ne choisit pas toujours seul de garder ses pages en caches. Parfois ce sont les sites eux-mêmes qui lui indiquent qu’il n’a pas besoin de revenir chercher une version « fraîche » avant x heures ou jours.

Vous souhaitez quand même avoir une page « fraîche » du jour ? Alors, utilisez le raccourci clavier CTRL F5 (ou MAJ F5). Le navigateur va vider son cache et va être forcé d’aller chercher des pages « fraîches ».

Le temps de cette manipulation varie. Si vous n’avez jamais vidé le cache ou utilisé Ccleaner cela risque de prendre du temps.

Vider le cache serveur

Si votre navigateur a un cache, le serveur du site Web en a un aussi.

Pourquoi se cache ? Car aujourd’hui la plupart des sites Web (comme celui-ci) fonctionnent avec une base de donnée. Ils génèrent des pages que l’on appelle « dynamiques » à l’opposé des pages « statiques ». Elles demandent moins d’informaticiens pour êtres maintenues.

Ces pages sont générées à la demande ou en tout cas au début. Car à quoi cela sert-il de générer 100, 1 000 voir 100 000 fois la même page en une journée ?

C’était le cas en 2001. Les grands sites d’informations utilisaient déjà des pages dynamiques. Vous savez tous ce qui s’est passé le 11 septembre et tout le monde souhaitait aussi le savoir ce jour-là. Le résultat fut que les sites d’info ont eu beaucoup de mal à tenir la charge. Ils sont retournés à des pages statiques et cela n’a pas été simple. Le Nouvel Observateur pour prendre un exemple Français a mi 3 heures pour publier à nouveau un site complet.

On comprend dès lors l’habitude prise de créer un cache de pages distribuées aux visiteurs et non recalculées à chaque visiteur. Vous ne pouvez rien y faire (et donc pas le vider). De plus vider le cache navigateur ne changera rien.

Vider le cache IP

Si votre cache navigateur est vidé et que vous avez frénétiquement appuyé sur F5 il se peut que vous ayez la bonne page mais qu’elle ne provient pas du bon serveur.

Vider la cache IP

La cache IP

Un navigateur qui n’a jamais navigué va en premiers lieux demander l’adresse du serveur hébergeant le site. Il va tout d’abord frapper à la porte du registre de l’extension de domaine. Pour Mise à jour Web ce sera le registre des .com géré par Verisign.

Le registre va le rediriger vers un serveur appelé « Name Server ». C’est une sorte d’annuaire du nom d’annuaire qui indique vers quel serveur le navigateur doit se diriger.

Le chemin pour arriver au site web n’est donc pas une belle ligne droite. Et encore j’ai choisi un cheminement plutôt simple.

Vous comprenez donc que si un navigateur à l’adresse d’un site, il la garde précieusement pour lui.

Cela explique aussi que si un site change de serveur, il y a un risque que votre navigateur visite toujours l’ancien serveur. Pour être honnête je n’ai eu ce cas de figure que quand j’ai moi-même déménagé mes sites d’un hébergeur à l’autre.

Mais voici quand même la marche à suivre si cela vous arrive un jour. C’est un peut plus compliquer que de vider le cache navigateur et se passe dans l’invite de commande de Windows. Certains l’on connu alors qu’il s’appelait… DOS. Pour y accéder tapez « cmd » dans le champ de recherche menu Démarrer de Windows.

Ensuite tapez ipconfig /flushdns dans l’invite de commande et refermez-la. Votre navigateur devrait être capable de redemander son chemin comme un grand.

Fin du cache – cache ?

L’article ratisse large et c’est voulu. Je ne pouvais pas me limiter au cache navigateur car il faut connaitre les autres caches pour être conscient de leur influence. Le navigateur reste l’interface obligée entre vous et internet et il est important de connaitre son fonctionnement et ses petits « raccourcis ».