Régulièrement Facebook nous affiche des publications que nous n’aurions pas aimé voir. Son algorithme tend à nous les cacher car il est fait pour nous montrer ce qui nous intéresse. Cependant, il n’y parvient pas toujours. Faut-il rester insensible face à cela ? Faut-il laisser l’algorithme apprendre et reproduire notre vision de la société ? Et sinon, que pouvons-nous être amené à faire ?

Les réseaux sociaux sont le reflet des gens qui les utilisent. Leurs discours se retrouvent au vu et au su de tout un chacun. C’est leur but plus ou moins avoué et c’est aussi le vôtre pour vos publications. Vous souhaitez que le plus d’amis voient vos derniers statuts, photos, vidéos et, cerise sur le gâteau, les likent.

La plupart des gens ne sont pas dérangé de voir des photos de chats, de plats du dernier restaurant à la mode ou encore des ribambelles de nouveaux couples ou des nourrissons qui en découlent. C’est la vie comme elle se déroule autour de nous.

Mais d’autres sujets sont plus dérangeant. Facebook est aussi le moyen de découvrir l’intransigeance de certains amis, proches ou moins. Ils souhaitent, au nom de la liberté d’expression, pouvoir déverser leur discours de peur et de haine par des réflexions ou fausses informations. Mais ne tentez pas de discuter avec eux. Leur vérité est la seule, point à la ligne.

Avant tout, je traite le mot « ami » dans cet article comme le fait Facebook et non comme nous le comprenons dans notre vie de tout les jours. Il s’agit donc ici d’une personne avec laquelle nous somme lié dans le réseau.

Signaler ou pas ?

Que faire dans ces situations ? Faites-vous l’autruche ou non ?

Faire l’autruche, version Facebook, signifierait cacher toute les publications d’un ami. Vous gardez le lien d’amitié virtuelle sans plus voir ses statuts

Mais, réagir peut prendre d’autre formes. En haut à droite de chaque publication, il y a une petite flèche vers le bas qui donne accès à un menu d’options. Parmi celle-ci fait partie « signaler cette publication ».

Les choix offerts par Facebook

Cette option permet de signaler à Facebook une publication qui ne respecte pas la loi ou les règles d’utilisation du réseau. Ces règles sont reprises dans le long texte que nous sommes sensé avoir lu lors de notre inscription ou à chaque vois que Facebook l’a mis à jour. La liberté d’expression a donc ses limites.

Si vous souhaitez faire un signalement, vous avez donc le choix entre 3 possibilités suivant que vous trouvez

  • Que cette publication est ennuyeuse ou inintéressante
  • Que cette publication n’a rien à faire sur Facebook
  • Que son contenu est indésirable

Les propositions sont listées ci-dessus comme Facebook le fait dans son menu. Cependant, elles n’ont pas toute la même signification, utilité ou efficacité.

Je ne vais pas utiliser cet ordre préétablit par Facebook mais bien lister ces options par leur utilité dans le contexte expliqué au début de l’article.

Je n'aime pas cette publication FacebookEnnuyeuse ou inintéressante

Je vais passer très rapidement sur cette première proposition. Elle est tout bonnement inutile.

Facebook vous suggérera d’en parler à votre ami ou bien de cacher toute ses publications.

Ne me méprenez pas. Parler à l’amis en question n’est pas une mauvaise chose. C’est peut-être même la première approche à avoir.

Par contre, si vous penser à signaler une publication, c’est que cette première approche s’est révélée infructueuse. Dès lors, rendons-nous rapidement au point suivant.

Son contenu est indésirable

Autre possibilité, déclarer cette publication comme indésirable d’après les critères de Facebook. En effet, pour le réseau social, un contenu indésirable correspond l’envoi de messages en masse, la publication excessive de liens ou d’images sur le journal d’autrui, ou l’envoi de demandes d’ajout à la liste d’amis à des personnes qu’on ne connaît pas personnellement.

Nous ne sommes plus ici dans la dénonciation de publication haineuses ou incorrectes, mais des publications dans le but d’une arnaque (prêt à taux d’usure, promesse de gains pharaoniques dans une structure pyramidale, …) ou à l’insu du plein gré d’un utilisateur (suite à un virus).

Elle n’a rien à faire sur Facebook

Une dernière possibilité se propose. Si un message à un amis n’est plus une solution, il faut penser à signaler la ou les publications problématiques. Pour cela Facebook propose plusieurs possibilités :

  • C’est déplacé, vulgaire ou d’un langage grossier
  • C’est sexuellement explicite
  • C’est du harcèlement ou de l’incitation à la haine
  • C’est menaçant, violent ou suicidaire
  • Autre chose

La liste évolue à grès des prises de position du réseau social et du contenu de la publication (texte, image, vidéo, …). Historiquement, le signalement était principalement pris en compte pour des publications ayant trait au sexe ou à des insultes ou usurpations de personnalité.

Depuis, les possibilités de signalement se sont élargies envers les harcèlements, propos violant ou menaçant ou encore à tendance suicidaire. Il y a toujours possibilité de signaler des publications pour d’autre raisons. Cependant, si ces raisons n’apparaissent pas dans les procédures standards de Facebook, il y a peu de chance qu’elle prise en compte par les opérateurs traitant les signalements.

Effet immédiat ou pas

Après avoir signalé une publication, ne rester pas à vérifier toute les 10 minutes si Facebook à fait son travail. Vous recevrez une notification de la part de l’équipe traitant les signalements.

Cela peut être positif. Dans ce cas, la publication est rendue invisible. Si auteur de la publication récidive, il risque même de voir son propre compte Facebook suspendu voir supprimé

Par contre, cela peut tout aussi bien être négatif. Si la raison pour laquelle vous avez signalé une publication ne rentre pas dans les schémas d’intervention de l’équipe de modération, elle n’en fera rien. La seule réponse que vous recevrez est que la publication n’est pas contraire aux règles d’utilisation du réseau social.

Cependant, en cas de refus, il vous est toujours possible de dire tout le mal que vous pensez de celui-ci. Les critères étant évolutifs, il n’est pas impossible que le genre de publication que vous avez signalé ne soit plus accepté à l’avenir.